QUESTION DE BONHEUR ... TUYAUX...
 
 
le bonheur-photo michel ducruet 2011
Ducruet..2011.
 
 

Si l'homme est un tuyau, son extase consiste à ce qu'il se remplisse d'un côté et se vide de l'autre. Les orifices nous procurent des satisfactions immenses. La plus courante consiste à faire passer vers l'extérieur nos matières solides et liquides, sans heurts ni écorchures, régulières et lubrifiées... C'est ici que le matin nous savons si tout va bien, si nos corps sont satisfaits de la veille. Voilà qui s'appelle un heureux évènement, peu différent de notre naissance qui nous fit sortir d'un ventre pour prendre l'air et commencer la série de nos aventures. Nos plaisirs ne s'arrêtent pas là. Nous réagissons à la musique qui polit nos moeurs. Ce qui passe dans les oreilles nous affine la connaissance: les vers et les phrases sont parents des parfums de fleurs, et, enfin, rien n'est plus utile à l'amour qu'un doigt de champagne et une louche de caviar. Les amants s'ébattent dans une plomberie qui donne le vertige. Ces remplissages et ces vidanges n'ont pas forcément plus d'éclat que les perles, mais pour les cochons , les frites, la viande hâchée et les sodas procurent d'aussi fortes émotions que les truffes poêlées dans le foie gras et arrosées de Sauternes... Le Bonheur est affaire d'habitudes et de conventions. Dans l'enfilage des perles les trous et les fils sont l'essentiel. Tel ivrogne vous fait des conférences sur le Ricard, le Pernod, le Casanis et mille contrefaçons... connaît tous les boui-bouis de Corse. Tel bâfreur de saucisses chipote entre les graisses de cinquante sortes de cochonailles, tel fumeur de kif interdit d'alcool par son prophète, ne se torche que de la main gauche et sait combien de pipes le mènent à des orgasmes interminables... Le Bonheur est à l'école de la rue et du trottoir

Les vomis du petit matin, les laxatifs, sauvent des âmes de la mort subite et de l'enfer. Des pilules bleues soulèvent les vieillards jusqu'aux plafonds. Les livres sacrés, les mots savants des curés, pasteurs, imams, rabbins, tous hommes de Dieu dévoués à ses créatures de rêve, sont des cerises posées sur le gâteau du Bonheur. Car il faut que ces créatures nées innocentes et pures, se désaltèrent des eaux claires de la parole de Dieu et ne s'abîment que par la volonté du diable dont les armées sont innombrables.... Un steack ne peut être agréé par le Tout Puissant si son boeuf, coincé dans des plaques de fer, n'a pas été lentement égorgé par un sabre aussi tranchant que celui du prophète, si le sang de ce boeuf n'a pas gerbé à deux mètres cinquante et si la pauvre bête n'a pas eu le temps de compter jusqu'à cent, les yeux exhorbités, le coeur exaspéré entre des poumons inutiles, la tête à demi retenue au corps, qui proteste à coups de sabots sur le métal, terribled'effroi et stupéfaite.... Entre temps des hommes pieux jettent sur le dos des brebis et des chèvres, les tranchent d'une oreille à l'autre sous l'oeil de celles qui attendent, et psalmodient des versets du Coran ou de la Bible pour prouver la pureté de leurs intentions, le respect des saintes volontés, couvrir le bruit dégueulasse des secousses et des giclées....

On se demande ce qu'eût été le Bonheur nazi, toutes conquêtes terminées, toute humanité débarrassée de ses races adjacentes, chevelures trop brunes et fosses nasales mal orientées... Les haras humains en pleine forme auraient donné le jour à des pépinières de blondinets, futurs athlètes du bras tendu, les stades auraient été pleins de colosses aux yeux bleus, des vagues de héros seraient parties dans des fusées à l'oxygène pour planter sur Mars des bustes de bronze et des salades de phrases... On sait par ailleurs que le Bonheur des démocrates se tapit sur les parkings des épiceries géantes, dans les corridors de galeries marchandes, les restructurations d'entreprises, puis les boutiques d'accessoires pour le cul et les innombrables cachotteries du slip... En fermant les yeux sur tant de petits cailloux qui reconduisent au portail de l'Eden, on se prend à rêver d'un Bonheur plus fantastique que nos jeux de tuyaux, celui de foutre en l'air nos réseaux d'égoût et d'exploser nos fontaines de jouvence : la destruction efficace de notre espèce et de ses berceaux, l'absolue revanche sur plus intelligent que nous, qui commit le crime inexpiable de créer le ciel et la terre en sept jours de l'année 4654 avant son fils.... Nous n'avons de solide penchant que celui de nos jalousies... De vraie fièvre que notre rage. Nous n'admirons pas l'aurore, par contre les cons et les agences de voyage dépensent des fortunes à photographier le crépuscule, voir s'abolir le Soleil dans les flots de sang noir.

Quelque part entre l'Enfer et le Paradis, la vérité fut écrite en lettres de feu : " Vous n'êtes pas nés pour être, mais pour connaître et avoir du courage..." Tel devrait être la raison du Bonheur pour les rescapés du Déluge...

 
 
le bonheur-2011-michel ducruet
 
 
 
 
 
P/MAP...............@.........NEXT/SUIVANT.......HOME/RETOUR ACCUEIL
 
 
 


Statistiques web